Skip to main content.

Financement de la lutte contre le sida | Fonds mondial contre le sida | Médias et communication

Revue de presse VIH/sida du 10 mai 2012 : Où est l’argent du Fonds mondial ??

11 mai 2012 (lemegalodon.net)

Recommander cet article | Votez pour cet article

Le Fonds mondial de lutte contre le sida, principale source de financement pour cette cause, fondé en 2002, réunit son conseil d’administration les 10 et 11 mai à Genève. Une nouvelle peu, voire pas relayée par les médias français. Pourtant, ce conseil va ouvrir pour le Fonds mondial « une année décisive », selon le site anglophone All Africa.

Alors que les investissements mondiaux dans la lutte sont en baisse selon l’ONU, ce conseil va-t-il réguler la situation ? Jeudi 10 mai, en ouverture du conseil d’administration, 1,6 milliards de dollars ont été rajoutés aux caisses du Fonds mondial pour les deux années à venir. « Cela marque le début d’une ère nouvelle pour le Fonds mondial et je me réjouis de constater que la porte est désormais ouverte pour de nouveaux partenariats », selon Michel Sidibé, directeur exécutif de l’ONUSIDA dans un communiqué officiel. Le nouveau directeur du Fonds mondial, le banquier Gabriel Jaramillo, a quant à lui déclaré que « cela vient d’une réponse formidable à nos transformations ».

Mais le Fonds a connu de nombreux déboires depuis son lancement, marqué par la persistance et l’ampleur des détournements. L’an dernier, par exemple, étaient révélés des détournements d’argent en Afrique ou encore en Chine : deux tiers des fonds auraient été absorbés par la corruption selon l’Associated Press.

L’hebdomadaire Marianne affirmait aussi que l’organisation aurait versé 3,5 millions de dollars à un ami philanthrope de Carla Bruni-Sarkozy, l’ambassadrice du Fonds mondial, à sa demande et sans appel d’offres. Une information rapidement démentie par l’organisation mais aussi vite suivie par la démission du directeur de l’époque, Michel Kazatchkine. Il laisse derrière lui un grand chantier dans lequel Jaramillo veut « faire le ménage », selon le site l’Hebdo.

Pour ce faire, il a entrepris le licenciement de 38% du personnel, soit environ 120 postes. Une démarche nécessaire pour « améliorer l’efficacité et le rendement de l’organisation », selon le conseil d’administration. Mais « le clash entre un médecin issu de la plus pure ligne de l’humanitaire, aux instincts de diplomate, et un ancien employé du monde de la finance au discours guerrier a glacé l’institution », révèle Alexander, un employé interrogé par l’Hebdo.

Autant de démêlés qui ternissent fortement l’image, et donc la crédibilité du Fonds mondial, explique le site de la chaîne suisse RTS. Des cafouillages en interne qui interviennent alors que certains pays, dont la France, se sont engagés à doubler le nombre de soignés d’ici 3 ans, pendant que d’autres, comme la Suède, souhaiteraient fermer l’organisation...

Selma Mihoubi