Skip to main content.

Anne Bouferguène | Francis | Joël Vermont | Malades étrangers | Tina

Un président de gauche pour la France, qu’en pensent les séropositifs ?

10 mai 2012 (lemegalodon.net)

Recommander cet article | Votez pour cet article

Sandra : Maintenant, c’est un président de la gauche pour la France. Ça faisait depuis 1995 que la gauche n’était pas au pouvoir. Est-ce que vous pensez que ça va changer quelque chose ? Est-ce que vous avez un message pour le nouveau président de la France ?

Anne Bouferguène : Moi je veux bien prendre la parole.

Sandra : Bien sûr.

Anne Bouferguène : À titre très personnel, je suis contente de l’élection de François Hollande. Je pense que l’alternance est un bien nécessaire en démocratie. Il a eu des discours assez engagés sur beaucoup de sujets dont le VIH pendant la campagne. C’est à noter. Il n’est pas le seul mais il a fait partie des candidats à l’élection présidentielle qui ont eu un discours sur la maladie. Et puis je veux relever une chose dans les valeurs que portent François Hollande et la gauche de manière générale. C’est quand même cette non stigmatisation des personnes différentes que ce soit par leur sérologie, par leur couleur de peau, par leur opinion religieuse. Et ne pas avoir peur de la différence. Je crois que le témoignage de Francis aujourd’hui, c’est un petit peu la preuve. C’est-à-dire que, Francis, j’ai compris qu’il est arrivé en France il y a 10 ans pour se faire soigner. Je pense que s’il n’était pas venu en France pour se faire soigner, il ne pourrait pas parler avec nous aujourd’hui. Qu’est-ce qu’il fait depuis 10 ans ? Il donne de son temps et de son expérience dans le milieu associatif. Et ça, ça construit aussi la France. Moi, c’est la France que j’aime.

Francis : Je suis d’accord avec toi Anne. C’est vrai que lorsque ma sérologie avait été découverte en Afrique, je n’avais pas trop de soucis de traitement. Mais quand le cancer s’est déclaré, qu’il fallait subir la chimiothérapie, et bien c’était la galère. Il fallait obligatoirement que j’arrive en France. Et dès que je suis arrivé en France, c’était aussitôt les hôpitaux, et puis une année à l’hôpital. Ça n’a pas du tout été facile. Sans cette possibilité-là, on parlerait de moi aujourd’hui de moi au passé. Au jour d’aujourd’hui ça fait une dizaine d’années donc que je suis en France. Je n’ai pas encore acquis la nationalité française. C’est en très bonne voie. Du coup je n’ai pas pu voter parce que je n’avais pas le droit de vote. Mais j’ai quand même suivi la campagne, les engagements des différents candidats et tout ça. Et j’avoue que j’avais une préférence pour François Hollande. Je fonde beaucoup d’espoir. J’espère que nos espoirs ne seront pas déçus. Voilà ce que je peux dire par rapport à cette élection.

Sandra : Francis tu parles du droit de vote. Dans le programme de François Hollande, il y a le droit de vote pour les étrangers pour les élections municipales. Qu’en penses-tu ?

Francis : Moi je pense que c’est toujours une bonne chose que de donner la parole, de prendre en compte les préoccupations des personnes qui sont là, qui participent à la vie locale. On ne refuserait jamais leur impôt par exemple. On ne refuserait jamais leur contribution financière. Pourquoi refuser leurs idées ? Je ne comprends pas.

Tina : Moi je suis également très contente que ce soit François Hollande qui soit passé. C’est vrai qu’avec Nicolas Sarkozy on a quand même eu des moments très difficiles, que ce soit les questions de titre de séjour pour les étrangers, c’était vraiment mis en cause. Beaucoup de personnes séropositives d’origine étrangère étaient très inquiètes et à juste titre parce qu’il y avait quand même cette menace de devoir rentrer dans le pays et on sait que, à ce moment-là, ça aurait été une mort dans quelques années pour beaucoup d’entre eux. Et puis aussi il y a l’AME, l’Aide Médicale d’Etat qui a changé, qui a été plus difficile pour l’acquérir et aussi payante. Donc ça a quand même aussi contribué à ce que des personnes d’origine étrangère n’aient plus d’aide médicale. Puis aussi les services hospitaliers qui fermaient petit à petit. Chacun d’entre nous, séropositifs, était quand même un peu inquiet que la prise en charge se dégrade, de ne plus avoir autant de possibilités de rencontrer son infectiologue, d’avoir accès à des médecins spécialistes. Donc j’espère que François Hollande va changer la direction et assurer à ce que les hôpitaux et la prise en charge de qualité puisse être garantie.

Sandra : Je vous propose d’écouter le message de Joël. Vous l’avez déjà entendu à l’émission Survivre au sida si vous écoutez régulièrement. La dernière fois qu’on l’a entendu il avait parlé de la considération des personnes handicapées sur le marché du travail. Il a raconté son parcours. Je vous invite à écouter son témoignage sur le site survivreausida.net. Je vous propose d’écouter son message. Je lui avais demandé quel est ton message pour le futur président parce que c’était avant les résultats des présidentielles. Donc voici le message de Joël.

Début du son.

Joël : Je pense qu’il faudrait revoir toute la politique sociale et sanitaire en France et arrêter ce flicage systématique des personnes handicapées et des personnes malades. Je pense notamment aux franchises. Je pense notamment au contrôle qu’on a tous les mois qui ne servent absolument à rien. D’essayer de développer justement et réellement avec des contrôles tous les mois obligatoires par l’Etat sous peine de suppression de subvention ou d’amende mais dix fois plus fortes que celles qui existent maintenant. Ça ferait de l’argent en plus dans les caisses, ce serait pas mal, plutôt que de nous taxer. Pour déjà supprimer les franchises et pour deux, nous donner du travail. Et puis aussi surtout au niveau de la santé, c’est de revoir tout ce système qui fait qu’on est dans un système de médecine à deux vitesses, de choses complètement impossibles. J’ai passé un examen récemment important. J’en ai pour 595 euros, sécurité sociale incluse, mutuelle incluse. Comment je fais ? Ces choses-là ne devraient pas exister. Il y a une personne qui a réussi à tout détruire en partie. Ça va être difficile mais faut essayer de se battre pour tout reconstruire. Il y a des gens qui se sont battus pendant des années pour mettre en place ces systèmes-là, pour que ça fonctionne. Certes, il y a des abus. Ces abus-là il faut continuer à les supprimer mais pas mettre tout le monde dans le même sac. C’est-à-dire qu’à un moment donné, si quelqu’un fraude, il n’y a plus rien, faut pas chercher à comprendre. Mais quelqu’un qui se trouve dans une situation où il n’a rien à se reprocher et qu’on lui, parce qu’il n’a pas eu le temps d’envoyer ses papiers, parce que vous savez, quand vous avez des dossiers tous les mois à envoyer, au bout d’un moment ça vous saoule. J’ai encore reçu une relance tout à l’heure pour un dossier. Ca me saoule quoi. Tous les mois c’est la même chose. Tout ça faudrait un peu essayer de faire avancer toute cette mécanique administrative française qui est lourde, inutile. Source automatiquement parce qu’on en parle souvent et on nous le fait payer, de magouilles et de fausses identités. Tout ça, ça permettrait un peu d’éclaircir tout ça. Mais après c’est surtout de considérer toutes les personnes qui sont valides, invalides, touchées par des pathologies lourdes, de les reconnaître en tant que telles et de ne pas oublier notamment les personnes séropositives qui je pense, depuis de nombreuses années et je l’ai vécu moi pendant une bonne vingtaine d’années aussi parce que je le vis encore maintenant, c’est d’arrêter la discrimination, d’arrêter de nous regarder comme des bêtes curieuses. On est des hommes, des femmes, des enfants. On est touché par un virus. On a déjà des traitements de galère. On a des effets secondaires galères. Alors si en plus le regard de l’autre, la société est une galère, à quoi bon vivre ? Donc, à un moment donné, regardez-nous différemment Monsieur le Président. Agissez.

Fin du son.

Sandra : Vous venez d’écouter l’avis de Joël, son message pour le président de la république François Hollande. Présidentielle, qu’en pensent les séropositifs ? Je vous invite à réagir sur le site survivreausida.net

Transcription : Sandra JEAN-PIERRE