Skip to main content.

Les coulisses du Sidaction | Yann

Yann, à propos du Sidaction : « Je ne suis pas un fidèle des petits fours et du champagne »

4 avril 2012 (lemegalodon.net)

Recommander cet article | Votez pour cet article

Sandra : Yann, tu as fait quoi ce week-end ?

Yann : Qu’est-ce que j’ai fait ce week-end ? Ce week-end, ma fille a récupéré mon fils qui a 3 ans. Ma fille a 21 ans. J’ai amené mon fils à la gare de lyon, ils sont partis à Nice. Ensuite, promptement, je suis rentré chez moi et j’ai passé un week-end glandouille comme ça faisait longtemps que je n’avais pas passé. Entre mon frigo, ma télé et mon lit. C’était très bon (rires).

Sandra : Super ! Est-ce que tu as regardé la télé ?

Yann : Oui mais, je vois que, oui, sur le thème Sidaction. Désolé, je n’ai été ni donneur, ni visuellement. Je n’ai pas suivi.

Sandra : De toute façon, ça n’a pas eu de succès. Moins de succès que l’année dernière précédente.

Yann : Ah bon ?

Sandra : Il y a une baisse des promesses de dons. 1,1 millions de moins par rapport à l’année dernière. Ca a quand même franchi la barre des 4 millions d’euros. Mais c’est encore un échec pour Sidaction. Pourquoi ? On va le savoir bientôt puisque le Sidaction donne toujours un facteur d’explication. En 2008 c’était la crise, en 2005 c’était la mort du Pape, en 2007 c’était les élections. Là Sidaction a dit que c’est un simple retard (source AFP), vu que, peut-être que les gens partent aussi en week-end. Donc du coup ils n’ont pas le temps de donner au Sidaction. Le prime time aussi, spécial Sidaction sur France 2, ça a été un échec aussi puisque ça arrive en 4ème position, avec une part d’audience de 7,2%. Un peu moins de 1,7 millions de téléspectateurs. Voilà, c’était pour faire un petit peu un bilan du Sidaction. Pourquoi est-ce que tu ne regardes pas le Sidaction Yann ?

Yann : Déjà moi je milite toute l’année, donc je n’attends pas le premier 1er décembre ou des jours comme ça. Maintenant, c’est très bien que ça existe je pense parce que les chercheurs ont besoin d’argent. Mais nous, au niveau de la redistribution et tout ça, pour les toutes petites associations, on n’en ressent pas beaucoup l’effet. Depuis des années on crie là-dessus. Je ne suis pas un fidèle du Sidaction et des petits fours et du champagne.

Transcription : Sandra JEAN-PIERRE